Le boutis d’hier à aujourd’hui

Lit boutis beige

Un boutis c’est un type de broderie, on l’appelle également « broderie au cordon serti ». Le mot « boutis » désigne aussi l’ouvrage brodé de cette manière-là.
Le boutis ou broderie emboutie est une spécialité originaire du Sud de la France. En effet, les femmes marseillaises confectionnaient une pièce molletonnée en assemblant deux étoffes de coton sur lesquelles elles brodaient des motifs mis en relief. « Boutis » désignait d’ailleurs à l’origine en provençal, l’aiguille qui servait à introduire du coton dans les motifs pour les rembourrer.

L’histoire du boutis

Le boutis tire son origine des échanges marchands entre le port de Marseille et l’Égypte ou les Indes. La Provence est la première donc a découvrir des étoffes telles que les indiennes.
La production d’étoffes matelassées déjà découverte lors des croisades, s’adapta très vite au mode de vie provençal. Les premiers boutis séduisirent la noblesse et la bourgeoisie. grâce à leur facilité d’entretien, à leur solidité et à leurs décors charmants et variés, les boutis connurent un succès immédiat. Ils faisaient évidemment partie du trousseau que devait se constituer toute jeune-femme se mariant.

Le matelassage du boutis

Pour rembourrer le boutis, il faut plusieurs couches de tissus (coton, lin, chanvre, soie etc.) Cette superposition est quadrillée par des piqûres croisées. Plus recherché, le piqué de Marseille se travaille dès le XIIe siècle, au point de piqûre simple ou double sur une même épaisseur d’étoffe de coton. Ensuite, le principe de base du boutis est de broder le tissu par l’intérieur : il s’agit en fait de faire des petits points de fil sur les contours des motifs dessinés au préalable.
Pour terminer le boutis, les brodeuses bourraient le tissu pour donner du relief aux motifs brodés. Pour cela, il faut introduire du coton à tricoter entre les deux épaisseurs de tissus. C’est là qu’intervenait l’aiguille appelée « boutis ».Ce travail était très minutieux et bien plus précis que le piqué machine qui se contente d’emprisonner son matelassage entre deux tissus réunis par un piquage.
Si le déclin des grands ateliers de Provence s’amorça vers la fin du xviiie siècle, la pratique du boutis se poursuivit dans les boutiques de couture et devint surtout un art domestique pratiqué dans les maisons. Tout au cours du xixe siècle, les provençales se transmirent, de mère en fille, la technique et le boutis perdura.

Le boutis contemporain

L’industrialisation a modernisé cette pratique. Cette mutation des ateliers du textile a affaibli pour la première fois la production du boutis. L’apparition de la machine à coudre a quant à elle mis définitivement fin à cet art qui s’est éteint progressivement après 1870. Mais la mode est revenue vers lui depuis quelques années. Le boutis contemporain revisite le classique, jusque-là toujours en coton blanc. On en trouve de nombreux modèles colorés et aux broderies variées (pour voir des exemples, cliquez ici) pour un intérieur de charme à la fois traditionnel et dans l’air du temps. Utilisé la plupart du temps comme un dessus-de-lit, le boutis peut faire office de plaid aussi bien que servir pour décorer une table !

A très bientôt pour un nouveau focus sur nos traditions !

pierre on sabpinterestpierre on sabinstagrampierre on sabfacebook
pierre
Ce blog c'est notre projet commun avec Pauline. Mais la bonne bouffe et le design ont toujours été des passions pour moi ! J'aime l'élégance et la praticité, alors j'adore les objets qui combinent les deux ! Je suis ravi de partager avec vous sur ce blog mes coups de cœur et astuces, n'hésitez pas à m'envoyer des petits mots !

NOUS CONTACTER

Nous ne sommes pas disponibles immédiatement, mais vous pouvez nous envoyer un email et nous reviendrons vers vous , dès que possible.

En cours d’envoi

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?